Rechercher
  • pmguichard

Le bus de mer pour traverser la Rance ? Pas forcément la panacée !


Photo : « le Télégramme » https://www.letelegramme.fr/ille-et-vilaine/dinard/saison-le-bus-de-mer-est-de-retour-05-04-2018-11914414.php

J’ai déjà plusieurs fois écrit sur les difficultés que nous cause, essentiellement à nous les gens de la rive gauche, le barrage de la Rance. J’y suis allé d’un petit couplet dans la déposition que j’ai rédigée pour l’enquête publique sur le projet de PLU. D’ailleurs, le rapport et les conclusions de la commission d’enquête ont dû arriver à la mairie qui n’a toujours pas communiqué dessus. Normalement l’avis devrait être favorable avec des réserves. C’est classique, quel que soit le PLU. J’essaierai de vous en faire un commentaire quand ces documents seront accessibles.


J’écrivais donc : « Il n’est pas possible d’augmenter la desserte en bus en provenance de Saint-Malo en raison des ouvertures du barrage, particulièrement pénalisantes d’avril à novembre. Le bus de mer reste une activité estivale en raison de l’absence de port et de vrai débarcadère à Dinard qui rend les manœuvres périlleuses par gros temps et de nuit, c’est-à-dire de novembre à avril. De surcroît, on peut se demander où stationneraient les personnes qui voudraient utiliser ce mode de transport pour se rendre à leur travail. » (Des deux côtés de la Rance, également)

Car, dans le projet de PLU, il est prévu : « une réflexion doit être engagée sur le renforcement des liaisons par navettes maritimes, en termes de fréquence et de périodicité, mais également en étudiant la création de liaisons vers l’arrière-port et la gare SNCF de Saint-Malo. » (P35 du PADD, A3, renforcer la diversité des services en mobilité).


« À quelque chose malheur est bon » : Les travaux au carrefour des Millières à la Richardais, ont donné l’occasion aux journalistes de Ouest-France (édition du 12 septembre) de nous présenter une comparaison des modes de déplacements en ces périodes de circulations perturbées pour traverser la Rance.

Quelle est l’expérience de la personne qui a pris le bateau ?

Au résultat de l’enquête, la durée des trajets (voiture/bus, vélo, bateau) est quasiment identique en ces temps de ralentissements, ce qui ne semblait pas évident : « la logique aurait voulu que le chemin le plus court par la voie maritime soit le plus rapide. Mais le temps de rejoindre la cale à pied, d’embarquer, de débarquer et de marcher jusqu’au point de rendez-vous est plus long. Plus fatiguant aussi … » et nettement plus cher, même en prenant un abonnement avec le bus de mer !


On voit bien que les élus dinardais (majorités précédente et actuelle), qui ont proposé de renforcer les liaisons maritimes, ne doivent pas les utiliser très souvent. Ils auraient constaté ce que les journalistes ont découvert. Ça aurait évité de lancer des pistes peu réalistes dans le PLU. Je parlais aussi dans ma conclusion d’« exemples de paragraphe « bateau » dont on cherche la mise en pratique… ».

En attendant, espérons que le préfet maintiendra la réduction du nombre des levées du barrage en période de pointe pour ne pas accentuer les difficultés. D’ailleurs, je pars manifester sur le barrage pour le désenvasement de la Rance. Je devrais rencontrer quelques élus dinardais, mais pas le président de la CCCE, ni le vice-président à l'économie.


@PG35800

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com

  • b-facebook
  • Twitter Round
  • Instagram Black Round