© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com

  • b-facebook
  • Twitter Round
  • Instagram Black Round
Rechercher
  • pmguichard

Conseil municipal du 23 septembre 2019 : ça ronronne !


Petite séance du conseil municipal qui a vu une unanimité rarement atteinte sur tous les points étudiés. Je ne sais pas si ce sont les sujets ou la proximité des élections qui font « consensus » ! Tout ce passe « à la bonne franquette », mais hélas avec beaucoup d’amateurisme.


Vente du terrain des serres municipales

Concernant le point n° 5 de l’ordre du jour, la commune a décidé de vendre le terrain des serres municipales à un promoteur le plus rapidement possible pour pouvoir payer le déménagement de ces dernières. Étonnement, aucun membre du conseil municipal n’a rappelé que le même vote a déjà été réalisé à la séance du… 17 décembre 2018, point n° 23 !

L’adjoint à l’urbanisme ne nous a pas expliqué pourquoi il avait fallu reprendre le travail et proposer à nouveau cette décision, faisant perdre ainsi presqu'une année pour le projet.


Les contraintes présentées pour le lotisseur me paraissent pour le moins minimes. Pour ne fâcher personne, on n’a d’ailleurs pas évoqué le nombre de logements, seulement que 30 seront réservés dans la cadre du foncier solidaire. Je rappelle que dans cette zone du PLU, la densité de logements est de 42 à l’hectare, soit une cinquantaine dont 30% doivent être des logements « sociaux » soit 15. S’il y en a 30, cela veut dire qu’il y aura environ 100 logements construits, 2 fois plus que la norme. J’ai d’ailleurs été surpris que le conseiller municipal de l’opposition qui avait lancé au maire, à la séance du CM de mai, « vous êtes responsables de la transformation de Dinard en nouvel eldorado pour les promoteurs » y souscrive. Reste à savoir, s’il n’y aura que ces logements sociaux ou si d’autres sont prévus, ce qui fera augmenter encore le nombre total de logements sur l’emprise.


Personnellement je ne suis pas d’accord sur la méthode pour trois raisons :

  1. J’estime que, comme pour la gare, le projet doit être conduit par la ville. C’est la dernière grande parcelle, avec celle des ateliers municipaux, en centre-ville sur lesquelles il faut vraiment avoir une attention particulière en termes de mixité sociale, après le projet haut de gamme d'Eiffage. Ça demande du courage et de la volonté que visiblement l’équipe en place n’a pas. Il est plus facile de « refiler le bébé » à un promoteur ;

  2. Ce projet doit prendre en compte l’ensemble des terrains, des serres municipales, mais aussi des ateliers municipaux pour réaliser une cohérence dans ce quartier d’autant plus qu’il y a continuité entre les parcelles séparées seulement par la rue des Trois Frères Julien. Plusieurs phases peuvent être réalisées comme c’est le cas du projet de la Gare ;

  3. Cette maîtrise permettra aussi de vendre le terrain moins cher en utilisant des dispositifs qui existent pour s’affranchir des estimations des domaines, ce qui fera baisser le coût des logements afin d’attirer vraiment la typologie de population attendue : des jeunes couples. Les coûts actuels, en particulier du foncier, sont vraiment trop importants.


Cette situation que j’avais déjà évoquée, on en trouve la preuve lors d’une demande de subvention faite par un Dinardais pour l’achat d’un logement, dans le cadre du programme local de l’habitat (PLH) et présentée lors du dernier conseil communautaire, qui doit demander une dérogation car le coût du foncier est trop élevé même pour un logement social !


Cette situation n’a choqué là non plus aucun des conseillers communautaires de Dinard puisqu'aucune remarque n’a été faite lors de ce point au conseil de la CCCE du 12 septembre dernier.

Il y aura lieu aussi à l’issue des prochaines élections, de voir avec la CCCE de nouvelles règles pour l’obtention de subvention en fonction du coût du foncier, afin de ne pas pénaliser les communes littorales comme c’est le cas actuellement.


Modifications du budget primitif

Un véritable pensum, certes pas facile à présenter, et justement qui aurait demandé de la part de l’adjoint aux finances de trouver un style qui aurait pu captiver un peu plus l’attention. Ce n’est certes pas un sujet « sexy », mais il y avait des manières de rendre la chose plus facile à écouter.


Bien que l’adjoint aux finances ait présenté déjà, trois années de suite, les comptes administratifs et les budgets primitifs de la commune, il ne sait toujours pas (et visiblement l’ensemble des conseillers municipaux non plus) ce que l’on peut y trouver comme données financières. En particulier il ne savait pas qu’on y trouvait les différents montants des cautionnements de la commune pour les prêts des bailleurs sociaux, informations qui se trouvent dans les pages finales du compte administratif (présenté en mai dernier) et du budget primitif (lui en avril).


Pour quelqu'un dont la « rumeur » dit qu’il pourrait être éventuellement le prochain président de la communauté de communes, il faut s’inquiéter : les autres maires risquent de n’en faire qu’une bouchée et tant pis pour Dinard.


Autres exemples

Les travaux du skate-park de Port-Breton commencent… avec deux ans de retard.


À l’heure où je publie cet article, toujours pas de nouvelles de la réouverture de la piscine qui devrait avoir lieu lundi prochain ! Si elles avaient dû être bonnes, on les aurait déjà annoncées. Mais il ne faut pas gâcher le festival du film britannique, en plus la 30e édition. On a fâché JCM cet été en laissant fuiter, prématurément et officiellement, le départ de certains de ses colistiers pour 2020. Alors pour la piscine, ça peut bien attendre encore un peu !


Prochain conseil municipal : 4 novembre.


@PG35800