Rechercher
  • pmguichard

Conseil municipal du 1er avril 2019 : expéditif !


Malgré les 38 points à l’ordre du jour, la séance ne dura « que » 3 h et encore avec les informations municipales fournies par le maire. Avec seulement un peu plus de 4 minutes par sujet, la maire précédente aurait été heureuse, elle qui voulait réduire notre temps de parole. Il faut dire qu’une des deux oppositions était en mode « veille » : quasiment aucune intervention et je crois bien qu’elle a voté favorablement à toutes les délibérations ! Pas sûr que ça fasse l’affaire de leurs électeurs.


Mise en vente de la villa Eugénie

Depuis son arrivée à la mairie, cette majorité cherche à se « débarrasser » de la villa Eugénie. Contrairement à ce que dit l’adjoint à l’urbanisme, elle n’a pas d’idée de son devenir sinon il n’y aurait pas « appel à projets ». Si c’est pour en faire un espace de « co-working » (espace de travail partagé), autant que ce soit celui de la mairie, comme ce fut le cas déjà pendant de nombreuses années.

L’excuse du manque de place n’est évidemment pas valable, d’autant plus que la commune dispose d’espaces à proximité et que rien n’oblige au regroupement de tous les services dans un endroit unique. Comme F. Moreau, je trouve que cette villa est un des lieux emblématiques de la ville qu’il convient de garder.


Réaménagement d’une partie de l’entrée de la digue de l’écluse

La mairie a décidé de lancer la rénovation de la partie gauche en entrant sur la digue. Le projet était évidemment attendu depuis de longues années et il sera le bienvenu d’autant plus qu’il semble adapté au lieu. Les travaux devraient commencer à l’automne et être finis pour la saison 2020.

Néanmoins, il faut, hélas, relativiser cet enthousiasme. Pourquoi uniquement cette partie et pas l’autre côté ? Comment cette rénovation s’intègre-t-elle avec la future réfection de la digue ? Comme on le voit, au-delà de ces questions et de bien d’autres, il manque encore sur ce projet une vision d’ensemble, qui d’ailleurs ne devrait pas se résumer à la digue, mais au centre-ville. J’ai toujours milité pour une orientation d’aménagement et de programmation (OAP) de ce secteur dans le cadre du PLU qui n’a pas été retenue par cette majorité, et dont l’assemblée générale de l’UCD s’est fait l’écho.


La piscine

Après les avis des experts, le maire a décidé de rouvrir la piscine pour la saison et elle sera fermée en septembre. Contrairement à la volonté affichée de plusieurs de ses adjoints, il n’est pas encore sûr (cela dépendra du coût final) que l’on va la rénover, mais on la ferme quand même … mais en septembre. Soit elle est en état et il n’y a pas de raison de la fermer, ni maintenant ni en septembre ; soit elle n’est pas vraiment en état et il faut la fermer maintenant et pas attendre septembre. Il y a là une démarche décisionnelle qui m’échappe. Et donc en prévision de la fermeture, il est prévu d’installer un bassin temporaire ( ! peut-être pour plusieurs années !!!!) au COSEC, plus petit bien sûr, mais surtout découvert.

Au-delà du coût de location ou d’achat, l’adjointe aux sports n’a pas voulu indiquer le coût de fonctionnement prévisionnel de cette structure qu’il faudra réussir à chauffer été comme hiver : de l’art de dépenser de l’énergie abondamment … sûrement dans le cadre de la protection de la planète. Pas sûr non plus que cela entre dans le cadre du Plan climat-air-énergie territorial[1] (PCAET) que vient de lancer la communauté de communes.

Pour ne pas avoir eu le courage d’annoncer la facture, celle-ci doit être « salée » (contrairement à l’eau de la future piscine provisoire). On ne s’étonnera plus alors de voir le budget de fonctionnement de la ville augmenté comme le prévoit le budget prévisionnel de 2019.


Le budget de la commune

Dinard est riche avec tous les reports et nouveaux apports de financements et dans le plan comptable équilibré forcément, le budget primitif de fonctionnement et celui de l’investissement augmentent. Quand sera-t-il réellement des dépenses ? Seuls les comptes administratifs qui seront disponibles l’année prochaine pourront nous indiquer si la commune a réellement fait des réductions dans son fonctionnement. Pas sûr que ce soit le cas avec l’affaire de la piscine.

Pour les investissements, tout le monde se réjouit déjà qu’ils vont doubler. Le revers de la médaille, c’est que la ville ne dispose pas des personnels nécessaires à la fois pour passer les marchés et sûrement aussi pour assurer les suivis de chantiers. À moins de recruter du personnel. Mais celui-ci très spécialisé est très recherché, et les conditions offertes par le service public ne peuvent concurrencer celles des entreprises. Il faudra donc déléguer ces suivis. Pas sûr non plus que les élus pourront s'intéresser aussi correctement à ses dossiers très « techniques » et donc chronophages. Se rappeler du schéma directeur d’assainissement prévu dans le PLU, suivi par l’adjoint à l’urbanisme, qui fut retoqué par la commission d’enquête publique l’année dernière et qui vient d’être mis enfin à jour.

Cette situation est la conséquence de la minoration du budget primitif d’investissement de l’année dernière (je l’avais déjà dénoncée à cette époque) alors que la commune savait pertinemment qu’elle aurait des ressources à arriver et qu’il fallait planifier son emploi au travers d’un plan pluriannuel d’investissement (PPI), qui n’a toujours pas été présenté. Or, sur 6 ou 7 années en comptant l’année dernière, la ville va disposer d’environ 30 M€ en investissement. En bon gestionnaire des deniers des Dinardais, il aurait été judicieux de nous dire ce que JCM et son équipe comptaient en faire en particulier quelles étaient leurs priorités.

On constate que ne figurent plus le terrain Engie, le plan vélo et la rénovation de Port-Breton, pour la modique somme totale de 1,5 M€ quand même. Oublis ? Pour prévoir les futurs travaux de remise en état de la piscine ?

La bonne nouvelle c’est que la subvention pour le festival du film britannique devrait passer de 220 000 € à 180 000 € … si tout se passe bien.


Mauvaise plaisanterie ?

L’adjoint au personnel nous parlant du recrutement des saisonniers pour la saison 2019, a annoncé 52 recrutements … supplémentaires dont 42 pour les espaces verts, pour suppléer l’absence de … 5 agents permanents de ce service, si j’ai bien compté ???? Au total, une masse salariale qui va augmenter de 107 800 €. Ça, c’est de la maîtrise budgétaire ! Et que croyez-vous que les minorités ont dit ? Rien.

C’est sûr que les conseils municipaux ne durent pas très longtemps quand il n’y a pas de débat.


Square Marguerite BEAUMATIN[2]

En hommage à la résistance Marguerite BEAUMATIN, le conseil municipal a décidé de baptiser à son nom la petite place près de la médiathèque, en face du salon de coiffure « Gérard coiffure ». Elle habitait d’ailleurs à proximité.


Prochain conseil municipal : le 20 mai 2019.


@PG35800

[1] Le Plan Climat Air-Énergie Territorial (PCAET) est un outil de planification qui a pour but d’atténuer le changement climatique, de développer les énergies renouvelables et maîtriser la consommation d’énergie.


[2] http://memoiredeguerre.free.fr/biogr/beaumatin/beaumatin.htm

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com

  • b-facebook
  • Twitter Round
  • Instagram Black Round